Parcourir les rivages 2009 (Un jour, la mer m'a dit)

En 2009, à partir de recherches artistiques en France et de l’influence de son île natale, Nicole Haché entreprend une nouvelle série d’œuvres portant sur l’importance de la préservation des espaces maritimes. Avec Parcourir les rivages, de l’exposition Un jour, la mer m’a dit, la poésie s’installe et on découvre une approche abstractionniste. (Voir démarche complète plus bas.)

 

Dû au dépaysement, l’identité amérindienne de l’artiste devient omniprésente lors de recherches et d'explorations artistiques en 2009; de là naît l'exposition Un jour, la mer m'a dit. Inspirée par son enfance, Nicole Haché développe une réflexion moderne sur nos exploitations et les conséquences de nos comportements face à la mer et ses ressources.
 
Elle délaisse son style figuratif pour une approche abstractionniste, qui devient sa façon de partager ses réflexions sur les enjeux environnementaux. Des fragments de vie marine transformés en harmonie visuelle reflètent la sensibilité de l'artiste : l'intégration d'éléments océaniques dans ses œuvres se veut une mise en garde contre les excès humains.

Pour ce faire, elle crée concrètement et conceptuellement une deuxième dimension à ses œuvres. On reconnaît toujours ses couleurs vibrantes, mais les éléments naturels prennent une place bien plus importante et sont attachés à la toile par du fil de lin. Les morceaux de bois de plage et de coquillages deviennent le centre d'intérêt d'œuvres minimalistes par leur placement ou leurs uniques caractéristiques. Comme toujours, l'absence de cadres est un rappel de l'île sur laquelle la peintre a grandi et du sentiment de liberté qui lui est vital.

Une vague rapporte au rivage la poésie visuelle de ses pensées...